Le Budget 2022 

Un budget résolument tourné vers l’avenir

En séance du 24 mars 2022, le Conseil municipal a adopté le budget primitif de la commune.
Ce rendez-vous annuel permet d’affirmer les priorités de l’équipe majoritaire en place en les traduisant par l’élaboration d’un budget équilibré.

Maîtriser et augmenter sa fiscalité pour mieux investir, un choix résolument assumé

Baisse des dotations de l’État, réforme de la taxe d’habi-tation, pertes de recettes et hausse des dépenses liées aux confinements, inflation, hausse des coûts de l’énergie augmentation des prix des matériaux, réforme du régime indemnitaire et revalorisation du SMIC dans la fonction publique territoriale… autant de raisons qui ont poussé la Collectivité à choisir, dans son budget 2022, d’appuyer légèrement sur le seul levier financier dont elle dispose, celui de la fiscalité.

La taxe sur le foncier bâti va donc connaître une augmentation. Toutefois, celle-ci intervient en même temps que la disparition progressive de la taxe d’habitation pour les contribuables, rendant ainsi plus acceptable cette hausse de la taxe foncière compensée par un gain fiscal.
Depuis 2015, la commune n’avait pas augmenté sa fiscalité alors que l’inflation cumulée sur la période s’élève à plus de 7,5 %. Le Conseil municipal a ainsi voté une augmenta-tion de la taxe foncière de + 6,6 %, inférieure d’un point au constat de l’inflation. Le produit fiscal complémentaire estimé à plus de 305 000 € et une évaluation au plus juste des dépenses permettront de reconstituer une épargne nette nécessaire au maintien des investissements, au bon état du patrimoine de la ville et à la relève des défis de la transition écologique.
Enfin, il est nécessaire de rappeler le mécanisme de la fiscalité communale. C’est en effet le seul moyen pour un maire et son équipe d’agir sur le montant de l’impôt local au travers des taux fixés chaque année par le Conseil muni-cipal. Même si ces taux sont restés inchangés depuis 2015, certains administrés ont pourtant vu leur impôt augmenter suite à la modification de leur base locative, avec la mise en place de la taxe GEMAPI ou suite à la revalorisation de la valeur locative des locaux commerciaux. Ces décisions sont les conséquences des politiques de l’État et en aucun cas des augmentations d’impôts liées à la Municipalité.